ptlb-formation à Poitiers

Tutoriels de formation
pour les infographistes débutants et avancés

Espace de travail pour infographistes

Espace de travail
 
Retour au sommaire des vidéos -  Vidéogramme suivant ...

Regarder « Espace de travail pour infographistes » sur youtube
Consultez notre choix de formations sur PTLB-Formation.fr

Narration de ce vidéogramme pour les obsédés textuels et les malentendants

 

Les logiciels Adobe offrent la possibilité de construire un espace de travail personnalisé ou d’utiliser ce que l’on appelle une disposition préétablie. Ainsi, en fonction de la réalisation, l’infographiste pourra choisir l’espace de travail qui lui convient le mieux.

Le changement d’espace de travail s’effectue en quelques secondes, ainsi l’infographiste choisira celui qui sera le mieux adapté aux circonstances du moment.

Cette relation à l’espace de travail est commune à l’ensemble des logiciels Adobe. Chacun pourra donc aménager l’espace de travail en fonction de son domaine d’intervention en infographie.

Les infographistes ayant des profils très différents certains réalisent des tâches très spécifiques, voire rébarbatives.

L’un de mes anciens stagiaires, heureux d’avoir trouvé un travail a officié dans une imprimerie dont la technique de reproduction est la sérigraphie. Il se trouve que pour des raisons techniques, il devait déplacer des éléments de repérage d’impression telles que les hirondelles et les traits de coupe.

Il passait ses journées à réadapter les documents réalisés par les agences de communication afin de les rendre compatibles avec le parc de machines de l’imprimerie où il exerçait son métier. Heureusement, cette période n’a duré qu’un temps et il a élargi son champ d’activité.

Un autre stagiaire, quant à lui s’est retrouvé à fabriquer les plans de ville sur Illustrator et ceci pendant plusieurs années.

D’autres travaillent dans des imprimeries, au service PAO et sont en charge de vérifier les documents fournis par les agences de communication ou par les services de communication des entreprises. Parfois, ils réalisent quelques documents pour le compte de certains clients directs de l’imprimerie.

D’autres stagiaires encore ont intégré des agences de communication. La diversité est plus importante, mais la production est plus intense. Les salariés des petites entreprises de communication ne bénéficient pas des conventions collectives des imprimeries possédant plus de 50 salariés.

D’autres encore, après quelques années ont monté leur propre agence de communication et travail dans tous les domaines de la communication graphique, c’est-à-dire le « print » et le « screen ». Après cette digression, et pour revenir au logiciel Adobe, certains infographistes utiliseront toujours le même espace de travail et toujours le même logiciel quant à d’autres ils utiliseront l’ensemble des logiciels Adobe et multiplieront l’utilisation des espaces de travail.

L’un de mes amis, plombier de profession, m’a dit un jour ceci  « tu vois ce groupe d’immeubles, avec mes collègues, nous devons installer 280 lavabos et 280 baignoires sans parler des douches. Il a ajouté, il y a sept étages et nous n’avons pas le droit d’utiliser les ascenseurs.

Comme dans toute profession, certains postes dans les entreprises ont leurs critères de pénibilité.

J’ai remarqué en discutant avec bon nombre de stagiaires que certains apprécient le travail répétitif, car cela les rassurait, pour d’autres c’était épouvantable. Mais vous l’aurez compris, on ne choisit pas toujours, surtout au début de sa carrière.

Le terme infographistes regroupe un grand nombre de profils très différents. C’est pourquoi les logiciels Adobe proposent des espaces de travail aménageable afin de répondre à des besoins spécifiques.

Dans le logiciel Illustrator, nous pouvons voir en haut et à droite le terme « formation », celui-ci est affublé d’un chevron pointant vers le bas. Cet espace de travail est un espace minimaliste. Cet espace est parfait pour mon travail de formateur. Les options affichées sont juste nécessaires et facilitent la présentation.

En cliquant sur le chevron, il est possible de sélectionner l’espace de travail qui se nomme « Pierre Tom ». Vous l’aurez compris, il s’agit de l’espace de travail que j’utilise couramment.

En utilisant la barre d’ascenseur, il est possible de voir l’ensemble des fenêtres que j’utilise régulièrement.

Pour la suite de ma démonstration, j’ai besoin de créer un document.

Menu « fichier », commande « nouveau ».

Ici le format n’a aucune importance, je vais sélectionner un élément récent et prendre soin de travailler dans le mode colorimétrique RVB.

Il me suffit maintenant de cliquer sur le bouton « créer ».

Je trace un rectangle avec l’outil « rectangle » et je prends soin d’activer la « flèche noire ».

Je voudrais créer ici une « interactivité SVG » sur ce rectangle.

La fenêtre « interactivité SVG » n’est pas présente dans les différentes fenêtres qui se trouvent sur la droite de l’écran.

Pour pouvoir avoir accès à cette commande, j’ai recours au menu « fenêtre ».

Cette commande se trouve un peu près au centre du menu déroulant et lorsque je relâche le bouton de la souris, la fenêtre « interactivité SVG » s’affiche.

Dans cette fenêtre, il est possible d’agir sur « l’événement » et « le JavaScript ».

Autrement dit, je sélectionne un événement, choisissons ici le  « On Mouse over » que l’on pourrait traduire par « lorsque le curseur de la souris est sur l’objet ».

Dans le champ correspondant à JavaScript, je vais pouvoir écrire un script, c’est-à-dire une action spécifique écrite en langage de programmation.

Ainsi lorsque je sauverai mon image au format SVG et que j’aurais placé celle-ci sur un site Internet de ma fabrication, l’internaute pourra bénéficier d’une action déterminée lorsque le curseur de la souris passera au-dessus du rectangle.

Si j’estime que je vais utiliser souvent la fenêtre « interactivité SVG », il suffit de la glisser dans le jeu des fenêtres qui se trouvent à droite en prenant soin de lui trouver une position stratégique.

Pour notre exemple, plaçons cette fenêtre entre « forme » et « symbole ».

Je sélectionne la fenêtre et je positionne le curseur de la souris entre « forme » et « symbole ».

Trois cas de figure s’offrent à moi, soit j’intègre la fenêtre  « interactivité SVG » à la fenêtre « forme » ou alors à la fenêtre « symboles » ou simplement je désire la positionner entre les deux fenêtres.

Vous l’aurez compris, un tracé de couleur bleu lumineux me permet d’effectuer ce choix qui sera appliqué au relâchement du bouton de la souris.

Lorsque la ligne bleue se trouve parfaitement positionnée entre « forme » et « symbole », cela veut dire que la fenêtre « interactivité SVG » sera isolée dans sa propre fenêtre.

Si je décide maintenant de la déplacer pour la positionner avec « forme », j’obtiendrai une fenêtre à onglet qui peut me permettra de réunir ces deux fenêtres en créant des onglets sélectionnables alternativement.

La construction d’un espace de travail est donc extrêmement simple, il suffit d’afficher les fenêtres qui se trouvent dans le menu fenêtre est créer son espace.

Par exemple, ici nous choisirons la fenêtre  « options d’objets ». Lorsque celle-ci est affichée, je peux la disposer à toutes sortes d’endroits.

Par exemple, je peux la déplacer vers la gauche afin de l’accoler à la barre d’outils créant ainsi une nouvelle colonne.

Si je regrette mon choix, je peux l’extirper pour la placer à droite.

Il m’est encore possible de placer cette fenêtre au-dessus de la fenêtre « informations ».

Je peux également laisser cette fenêtre positionnée n’importe où à l’écran.

Lorsque je suis satisfait de mon espace de travail, il suffit de le sauver sous un nom quelconque.

Allons dans le menu « fenêtre », et sélectionnons la commande  « espace de travail » puis enfin sur la commande qui se nomme  « nouvel espace de travail ».

La fenêtre « nouvel espace de travail » s’affiche, nous offrant la possibilité d’écrire le nom de notre choix.

Nous laissons ici le nom par défaut et nous cliquons sur « OK ».

En haut à droite, cliquons sur le chevron qui correspond aux espaces de travail pour retrouver l’espace de travail qui se nomme « formation ».

Tout est rentré dans l’ordre.

Si nous voulions retrouver l’espace de travail que nous venons de créer, il suffit de cliquer sur le chevron aligné à « formation » et choisir l’espace qui se nomme « espace de travail sans titre 1 ».

Si je place des fenêtres dans tous les sens, Illustrator mémorisera la disposition sans avoir à sauver l’espace de travail.

Menu « fichier » commande « quitter ».

Je ne désire pas enregistrer ce travail c’est pourquoi je sélectionne l’option  « non » Illustrator me demande si je veux effacer ou conserver les données du presse-papiers.

Ici, je sélectionne « effacer le presse-papiers ».

Ouvrons de nouveau Illustrator, je vais ici accélérer la cadence.

Nous pouvons nous apercevoir que la disposition de fenêtre est identique.

Par compte, si je veux retrouver mon espace de travail tel qu’il a été créé, il me suffit d’aller dans le menu les espaces de travail et sélectionner la commande « réinitialiser espace de travail sans titre 1 ».

Pour terminer, sélectionnons la commande  « gérer l’espace de travail » qui me permet par exemple de supprimer un espace de travail que je pourrais trouver inutile.

Dans mon cas, je vais sélectionner  « espace de travail sans titre 1» et cliquez sur l’icône de la poubelle afin de faire disparaître à jamais cet espace.

Adobe Illustrator me demande une confirmation et je clique sur « oui ».

De retour dans la fenêtre  « gérer les l’espaces de travail », je sélectionne l’option « oui » pour quitter ne voulant pas détruire d’autres espaces personnalisés.

On ne va pas passer tous les espaces de travail en revue, mais certains peuvent vous inspirer.

Sélectionnons l’espace de travail qui se nomme  « automatisation ». Cet espace de travail privilégie la fenêtre « script d’action ».

Sachez que dans Illustrator il est possible d’enregistrer une série d’actions qui pourra être réutilisée sur une autre image. La commande « script d’action » qui existe également dans « Photoshop » est extrêmement pratique lorsque l’on a un travail rébarbatif à réaliser.

Prenez le temps d’observer le contenu de chacun des espaces de travail proposé qui vous aidera à construire le vôtre.

Il me paraît essentiel d’ajouter un bémol à ce qui vient d’être dit et qui concerne les espaces de travail. En effet, on a bien compris le principe, seulement, lorsque l’on utilise pratiquement tous les logiciels Adobe, on est obligé d’effectuer un autre choix. En effet, il est plus simple de créer des espaces de travail qui se ressemble afin d’éviter d’être perdu en allant de logiciels en logiciel. Par exemple, j’ai tendance à mettre les informations de documents en haut de la palette des fenêtres pour « Illustrator », « Photoshop » et « Indesign ».

En ce qui concerne la fenêtre « calque », celle-ci est systématiquement placée en bas de tous les logiciels comme « Illustrator », « Photoshop » ou « Indesign ».

Des logiciels comme « Animate », « Premiere », « After Effects », « Dreamweaver », ceux-ci possèdent des registres de commandes qui n’ont rien à voir, il est donc impossible d’appliquer ces règles.

J’espère que ce tutoriel vous aura aidé à réfléchir à la disposition des éléments de l’espace de travail et bien sûr, trouver votre propre solution.

À bientôt

Pierre Tomy Le Boucher